“Sur les chemins noirs” de Sylvain Tesson Agrandir l'image

“Sur les chemins noirs” de Sylvain Tesson

9782070146376

"LES CHEMINS NOIRS DONT JE TISSAIS LA LISSE AVAIENT CETTE HAUTE RESPONSABILITÉ DE DESSINER LA CARTOGRAPHIE DU TEMPS PERDU"

SYLVAIN TESSON

Nous l'avons lu, nous l'avons aimé...

"Si je m'en sors, je traverse la France à pied".

Quelques mois plus tard, il était temps pour Sylvain Tesson de tenir la promesse qu'il s'était faite à la suite de son terrible accident (la chute d'un toit).

Alors soit, traverser le pays certes mais pas n'importe comment !

D'est en ouest tout d'abord, du Mercantour jusqu'au cap de la Hague, à travers la France rurale, en parcourant autant que faire se peut "les chemins noirs", ces voies de traverse révélatrices d'une "France ombreuse protégée du vacarme, épargnée par l'aménagement qui est la pollution du mystère"  (p. 17).

Et c'est un Sylvain Tesson différent, plus révolté, (et à "l'eau claire") soucieux de "se soustraire à l'époque", que vous allez croiser sur ces fameux chemins de "l'esquive", accompagné parfois, pour une partie du voyage, par un proche.

L'occasion pour lui de se livrer à une forme d'introspection, de tirer un premier bilan ("j'avais foutu le feu à ma vie") et d'entamer une rééducation du corps et de l'âme "grandeur nature".

Mais pas question d'abdiquer et de se voir peu à peu pris dans le "dispositif", asservi par "des parasites au silicium" : emprunter les "chemins noirs", c'est déjà accepter l'idée de révolte.

Le style est magnifique et chacune des phrases "grattée jusqu'à l'os" et je ne résiste pas à l'envie de vous citer celle-ci en forme de conclusion : "l'essentiel dans la vie est de s'équiper des bonnes oeillères" (p. 61).

Une belle maxime, non ?

Lu & approuvé par Frédéric

15,00 €

EditeurGallimard
Dimensions20,5 X 14
Nombre de pages142