"Les douze enfants de Paris" de Tim Willocks

Et si vous passiez les prochaines 36 Heures, à Paris, le 23 Août 1572 ?

Bienvenue en Enfer !

Nous l'avons lu, nous l'avons aimé...

7 ans après les événements de « La Religion », Matthias Tannhauser franchit les portes de Paris, ville grouillante, puante et dangereuse, afin de retrouver son épouse, Carla de La Pénautier, venue assister au mariage de Marguerite de Valois et d’Henri de Navarre une semaine plus tôt. 

Ce 23 août 1572, l’atmosphère y est électrique, attisée par la présence de nombreux protestants venus assister à la noce …  

L’assassinat de Coligny va mettre le feu aux poudres et déclencher le massacre de la Saint-Barthélémy.

Matthias n’aura que quelques heures pour retrouver une Carla sur le point d’accoucher, dans une capitale fanatique devenue ivre de violence et de sang, jamais repue, et en proie à la barbarie la plus inimaginable …

Ce roman confirme l’immense talent de Tim Willocks, mais révèle un Tannhauser d’une noirceur absolue, une sorte de héros homérique invincible et invulnérable, prêt à damner son âme pour achever sa quête.

Mais il est à noter que l’ensemble est placé sous le signe d’une violence inouïe et d’une sauvagerie folle, l’auteur s’engageant dans la voie d’un réalisme terrifiant, presque «anatomique » pourrait-on dire.

« Seul un idiot se serait encombré de ces notions de bien et de mal ; il fallait être bercé d’illusions pour vivre selon ces principes » nous dit Grymonde, le roi de Cocagne (p 461).

Faites-moi confiance, lire cette symphonie étourdissante, c’est passer les portes de l’Enfer !

Lu & approuvé par Frédéric

10,90 €

EditeurSonatine (GF) - Pocket (Poche)
Dimensions21,9 X 14 (GF) - 17,7 X 10,7 (Poche)
Nombre de pages937 (GF) - 1053 (Poche)